Mama Africa – La maternité dans l’art africain

PROLONJE’ JUSQU’AU 26.10

27 septembre – 19 octobre 2017

Bruno Albertino et Anna Alberghina présentent, chez le MAS, l’exposition et le livre

MAMA AFRICA – LA MATERNITÀ NELL’ARTE AFRICANA

La maternité dans l’art africain

Un voyage esthétique et anthropologique dans l’art africain, à la découverte de la maternité, le concept d’inspiration d’œuvres sculpturales d’une grande originalité.

Dans toutes les cultures la maternité est sacré, souvent déifié pour devenir une métaphore de la genèse.

La recherche de Bruno Albertino et Anna Alberghina se déplace du thème sculptural de la maternité, ce qui conduit les visiteurs dans un voyage de découverte à travers l’Afrique sub-saharienne et de l’Ouest, dans les zones les plus inaccessibles de l’Afrique centrale équatoriale. Les œuvres plus géométriques et cubistes des peuples Dogon Bamana du Mali et extrêmement naturalistes du Baoulé, Dan et Attié de la Côte d’Ivoire et au Libéria sont exposés au MAS.

L’exposition, ainsi que le livre Mama Africa, vous laissent observer et découvrir les secrets des sculptures féminines et des poupées de fertilité, évoquant la femme et la mère. Ensuite, on décrit des figures de couples mythiques aux origines de la lignée et les images des jumeaux, le sujet du culte des ancêtres. Les sculptures sont réalisées en bois, métal, ivoire, terre cuite et en pierre. Chacun contient des traces d’utilisation active, magique-religieuses dans le monde africain. Chacun d’eux n’est pas un simple objet de contemplation, mais avant tout un outil pour la compréhension d’une culture profondément différente.

Mercredi 27 Septembre, à 18 heures, ouverture de l’exposition et présentation du livre. (en italien)

A la soirée participera également Alberto D’Atanasio, professeur d’histoire de l’art, Aestetica des langages visuels, théorie de la perception et de la psychologie de la forme, qui tiendra une intervention intitulée « Le mystère de la grande mère. »

Pour plus d’informations 0272022488 ou info@museoartescienza.com

Le 16 Octobre, Bruno Albertino et Anna Alberghina tiendront une conférence intitulée « scarifications et décorations corporelles en Afrique subsaharienne »  (en italien)

Bruno Albertino, médecin et voyageur, est né à Carmagnola en 1960. Il a obtenu son diplôme à Turin en 1985. Il voyage de l’âge de dix-sept ans. Il a un vif intérêt pour l’art primitif et, en particulier, pour l’art africain dont il est un collectionneur. Il a été commissaire de l’exposition « Le figure di maternità nell’arte tribale africana » (Novembre 2012). En 2012, il a été commissaire de l’exposition « Essere ed apparire − volti e sculture dell’Africa tribale» à Turin. Il a été commissaire de l’exposition «Africa: alle origini della vita e dell’arte » (Carmagnola, 2013). De Novembre 2014 à Janvier 2015, il a édité à Turin l’exposition de photos d’art africain « Afrique Vanishing ». En 2014 il a publié Masques de l’Afrique (Neos). Il a été commissaire de l’exposition « African Style » (Cherasco, 2015-16). Il a contribué au livre L’Esprit du Masque (2015). Il a visité les principaux musées ethnographiques dans le monde et entretient des relations avec des personnalités qui étudient et la collectent de l’art africain.Bruno Albertino e Anna Alberghina fotografati da Plinio Martelli_web

Anna Alberghina, né en 1960, vit et travaille comme médecin à Turin. Fasciné par les cultures lointaines, elle approfondit l’étude des langues étrangères et se passionne pour le photojournalisme. L’intérêt pour l’ethnographie et l’art primitif, l’incitent à choisir des destinations où elle peut étudier les traditions ancestrales. Son style photographique se caractérise par une préférence pour le portrait et l’univers féminin. Elle collabore avec divers magazines et associations culturelles. En 2013 publie les beautés africaines (Neos), un livre d’images qui présente une centaine d’images des femmes appartenant à des groupes ethniques menacés par les changements sociaux. A cette occasion, il présente l’exposition éponyme à la Sala del Conte Verde Rivoli. De 2014-2015 présente le solo « Vanishing Afrique ». En 2014, elle a publié le livre Masques d’Afrique (Neos). En 2015, il participe à l’écriture du livre L’Esprit du masque. Il a été commissaire des expositions d’art africain « être et comparante – visages et sculptures tribales africaines » (2012-2013), « L’Afrique: les origines de la vie et de l’art » (2013), « African Style » (2015-2016 ).

 

Bruno Albertino e Anna Alberghina sur Facebook